OFFRE D'EMPLOI
Cliquer pour visualiser les offres

  Repas à thème
 

 

LES INFUSIONS

     L’infusion est une méthode d'extraction des principes actifs ou des arômes d'un végétal par dissolution dans un liquide initialement bouillant que l'on laisse refroidir. Le terme désigne aussi les boissons préparées par cette méthode, comme les tisanes , le thé par exemple.

     Cette opération s'oppose à la décoction , dans laquelle le liquide est maintenu bouillant, et à la macération dans laquelle le liquide est froid. Le solvant n'est pas nécessairement de l'eau , cela peut être également une huile ou un alcool .

     Autrefois, les infusions étaient utilisées uniquement à des fins médicales. En effet, chaque plante puise dans la terre des éléments riches, s’en nourrit et regorge alors de propriétés thérapeutiques et médicales. Sous forme d’infusion, elle libère ses différents principes actifs et devient alors source de bienfaits.

     Combinées entre elles au sein d'infusions, les plantes deviennent souvent plus efficaces. C'est pourquoi, vous trouverez fréquemment dans les tisanes à visée thérapeutique une association de plusieurs plantes. Les propriétés des plantes se cumulent alors pour apporter un effet bénéfique plus important à l'organisme.

     Pour soulager les petits bobos quotidiens, il est bon de connaître quelques plantes à infusions :

- Pour bien digérer : absinthe, anis, menthe, genièvre, serpolet, romarin, thym,
- Contre la constipation : frêne, lin, mauve
- Contre les diarrhées : framboisier, rose, mauve, feuilles de ronce, camomille
- Contre le mal au foie : artichaut, pensée sauvage, pissenlit (feuilles ou racines), thym
- Pour lutter contre la grippe : cannelle, lierre terrestre, sureau, thym
- Pour soulager la toux : coquelicot, hysope, fenouil, mauve, sapin, véronique, origan
- Pour soulager les maux de gorge : (infusion et gargarismes) thym, feuilles de ronces, sauge
- Contre le rhume et les refroidissements : mauve, sureau, bourrache, sauge, feuilles de ronces
- Contre les maux de tête : camomille, lavande, marjolaine, thym
- Pour mieux dormir : coquelicot, marjolaine, oranger (fleurs et feuilles), valériane
- Contre les règles douloureuses : camomille, achillée millefeuilles, souci (fleurs)
- Diurétiques pour lutter contre la rétention d'eau, utiles également pour soulager les rhumatisants : reine des prés, bouleau, frêne, alkekenge.
 

  

    Pour préparer une tisane ou une infusion :

 
     - Placer les plantes dans une théière ou autre récipient.
     - Verser la quantité voulue d'eau bouillante sur les plantes.
     - Couvrir hermétiquement pour garder les huiles essentielles et laisser infuser pendant 5 à 10 minutes selon les plantes.
     - Filtrer avec un tamis, passoire ou chinois.
    
     Il vaut mieux boire sa tisane non sucrée ou à la rigueur sucrée avec du miel.

     Attention ! La décoction est aussi une préparation à base de plantes mais, à la différence de l'infusion, les plantes mises dans l'eau froide vont bouillir durant 5 à 10 minutes selon les plantes. En règle générale, on prépare une décoction avec les racines, tiges ou écorces.

     Dosage : Pour un litre d'eau bouillante, comptez trois cuillères à café ou trois bonnes pincées de plantes. En principe, 1 pincée correspond à 2 ou 3gr, une poignée à 30 ou 40 gr. 

 

****************************

LES HARICOTS

     Le haricot, est une espèce de plante annuelle couramment cultivée comme légume . On en consomme soit le fruit (la gousse ), haricot vert ou « mange-tout », soit les graines , riches en protéines . Le terme « haricot » désigne aussi ces parties consommées, les graines (haricots secs) ou les gousses .

     Cette plante, originaire d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud , joue un rôle important dans l'alimentation humaine comme source d'amidon (féculent) et de protéines . Elle fait l'objet de culture vivrière dans certaines régions d'Afrique et d'Amérique latine, tandis que dans les pays développés, à côté d'une production limitée dans les jardins familiaux, s'est développée une culture en plein champ produisant soit des haricots secs pour la conserverie, soit des haricots verts.

     Le haricot est une plante herbacée , annuelle, qui peut prendre plusieurs types de port selon les variétés. On distingue deux grands groupes, les haricots grimpants (dits haricots à rames), au port volubile, qui sont proches du type original, et les haricots nains à port érigé et plus ramifié. Le port de la plante est principalement déterminé par son génome , mais les conditions écologiques aux différents stades phénologiques peuvent l'influencer. Ainsi, une température chaude (30 °C) au stade de la première feuille trifoliolée déclenche toujours le port volubile. On peut également obtenir des plantes à port intermédiaire.

     Les tiges grimpantes sont peu ramifiées et s'enroulent autour de leur support dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (tiges volubiles « sinistrorses »). Elles peuvent atteindre deux à trois mètres de haut. Les types nains sont plus ramifiés, prenant un port buissonnant ou dressé, de 40 à 60 cm de haut. Ils se prêtent mieux à la mécanisation des cultures.

     Les feuilles adultes sont pétiolées, alternes et composées trifoliées, de couleur verte ou pourpre. Les folioles ont une forme ovale-acuminée, presque losangée et sont de 6 à 15 cm de long sur 3 à 11 cm de large. Les pétioles , renflés à la base (pulvinus) sont munis de stipules , et de petites stipules ou stipelles se trouvent à la base des pétiolules supportant les folioles. Les deux feuilles primordiales qui apparaissent immédiatement au-dessus des cotylédons sont entières et opposées.

     Souvent présent dans les jardins familiaux, le haricot fait aussi l'objet de spéculation en grande culture. Généralement cultivé en monoculture dans les pays occidentaux, il fait aussi souvent l'objet de cultures associées, semé en mélanges avec d'autres plantes, ou en cultures intercalaires, dans les pays du Tiers monde. En Amérique latine, environ 70 % des cultures de haricots sont associées au maïs .

     Comme toutes les légumineuses, le haricot nécessite peu de fertilisation azotée, grâce à la présence de nodosités symbiotiques dans les racines qui permettent l'assimilation de l'azote de l'air. Cependant en fonction des réserves du sol et des précédents, ainsi que des exportations de la culture, fonction du rendement, une fumure adaptée peut être nécessaire, principalement phospho -potassique . Divers essais ont montré qu'une fumure azotée pouvait dans certaines conditions donner des résultats positifs. Le haricot est en outre sensible aux carences en divers oligo-éléments , notamment cuivre , molybdène , manganèse , zinc , et peu tolérant à la salinité .

     C'est une plante très sensible au froid ; le feuillage gèle à partir de - 1 °C. Il faut attendre pour la semer que la température moyenne atteigne 15 °C, soit vers la mi-mai (dans l'hémisphère nord), classiquement après les « saints de glace  » en France moyenne, plus tôt (fin avril) sous climat méditerranéen, plus tard (fin mai) sous climat continental. Les semis peuvent s'échelonner jusqu'à fin juin ou fin juillet voire début août, selon les régions et les variétés, de manière à permettre la récolte avant les premières gelées. Les fortes chaleurs, plus de 32 °C sont préjudiciables au haricot, faisant avorter les fleurs et les gousses.

     L'arrosage est souvent nécessaire car le cycle de végétation se déroule pendant les périodes les plus chaudes de l'année. Il est préférable de le faire par écoulement direct sur le sol sans toucher les feuilles et les fleurs pour éviter le développement des maladies. En culture de plein champ, l'irrigation par aspersion est cependant pratiquée, de préférence sur des variétés résistantes à l'anthracnose et aux virus .

     La récolte se fait, suivant les variétés, deux mois et demi à trois mois après le semis pour la récolte en grains secs, à partir de 40 jours pour la récolte en gousses immatures. Pour la récolte en grains secs, il convient d'attendre que les gousses aient jauni mais ne soient pas complètement sèches, pour éviter leur déhiscence .

  
Cassoulet au haricots blancs

Ingrédients pour 8 personnes :
     - 750 g d'haricots blancs
     - 16 tranches de saucisson à l'ail
     - 8 saucisses de Toulouse non fumées
     - 4 tranches de poitrine fraîche
     - 4 tranches de poitrines fumée
     - 2 boîtes de confit de canard
     - 70 g de concentré de tomate en boîte
     - Chapelure
     - Ail, thym, laurier
     - Sel, poivre

 
     
Préparation :

Mettre les haricots blancs à tremper la veille dans l’eau froide.

Egoutter les haricots, les mettre à cuire dans une cocotte, recouverte d’eau froide, non salée, avec 5 ou 6 gousses d’ail, du thym et du laurier, pendant une bonne 1/2 heure, 3/4 d’heure, à partir de l’ébullition.

Egoutter, puis les mettre dans une grande cocotte, recouvrir d’eau. Ajouter le concentré de tomate, les rondelles de saucisson, la poitrine fumée coupée préalablement en morceaux, quelques gousses d’ail, (on aura ôté les anciennes), du thym, du laurier, remettre a mijoter.

Dans une poêle, faire griller la poitrine fraîche coupée en morceaux, ensuite les saucisses, et rajouter tout ceci dans la cocotte, en ayant pris soin d’essuyer le surplus de graisse avec un sopalin. Saler, poivrer, et remettre a mijoter une heure a feu très doux, en remuant de temps en temps.

Sortir les cuisses de canard des boîtes, bien les nettoyer de toute la graisse, et séparer les haut et les bas de cuisses.

Ajouter dans la cocotte, vérifier l’assaisonnement, et laisser encore mijoter 1/2 heure. Mettre le four à préchauffer, chaleur tournante (on mettra deux plats sur deux niveau), à 110°C (thermostat 3 ou 4).

Prendre deux grands plat à gratin en terre cuite à bord assez haut, les frotter avec de l’ail, puis, délicatement, répartir le contenu de la cocotte dans les deux plats (attention au confit qui se détachent très facilement). Il faut que la sauce recouvre juste a niveau les haricots. saupoudrer alors de chapelure, et mettre au four.

Vérifier régulièrement que la préparation cuit tout doucement, et qu’il y a suffisamment de sauce, il faut toujours que le jus soit au niveau des haricots. De temps en temps, appuyer sur les morceaux de viande ou de saucisse pour les remettre un peu dans la sauce.

On peut laisser mijoter encore 1/2 heure, deux heures, ou mieux laisser refroidir au bout d’une heure et remettre à cuire encore une heure (par exemple si on prépare la veille).

C’est encore meilleur réchauffé.

 

 ***************************

  

LES GELEES DE FRUITS

          La gelée de fruits à la différence de la confiture se fait avec le jus des fruits pressés et non avec les fruits entiers. La proportion est plus ou moins 1 kg de sucre pour 1 kg de fruit mais cela peut varier.

 

    
Gelée de fruits au Muscat

Ingrédients :

- 7 feuilles de gélatine,
- 400 g de sucre,
- Fruits frais de saison (fraises, poires, cassis, groseilles, pommes, nèfles...),
- 75 cl de muscat,
- 2 clous de girofle,
- 1 bâton de cannelle.

Préparation :Gélée de fuits au Muscat

          Faire tremper la gélatine dans l’eau froide. Préparer un sirop avec un demi-litre d’eau, le sucre et les épices. Parfumer avec le muscat. Ajouter la gélatine essorée.

          Couler une fine couche de gelée au fond de 6 ramequins. Faire prendre au frais.

          Éplucher les fruits et les couper en lamelles ou en petits dés. Les pocher dans le reste de gelée, sans porter à ébullition. Égoutter les fruits pochés et en remplir les ramequins. Répartir la gelée. 

         Faire prendre 12 heures au réfrigérateur.

         Démouler les gelées sur des assiettes bien froides. Décorer de fruits frais et servir avec un coulis de framboises.

 

****************************
    

LA FARINE

          La farine est une poudre obtenue en broyant et en moulant des céréales ou des graines . La farine issue de céréales contenant du gluten , comme le blé , est un des principaux éléments de la nourriture de tous les peuples du monde. Elle est à la base de la fabrication des pains , des pâtes, des crêpes , des pâtisseries et de plusieurs mets préparés.

L'activité de fabrication de la farine s'appelle la minoterie . Le meunier est celui qui l'exerce. Le lieu où l'on moud le blé est le moulin.

La farine ne provient pas uniquement des céréales et des graines. On peut consommer par exemple des écorces comestibles ou des racines. Ces farines ne sont pas utilisées dans les pays du Nord ni vendues sur le marché.

Le fraisage de la farine est réalisée par broyage des céréales entre des pierres ou des roues d'acier. Aujourd'hui, quand on dit que la farine a été faite avec des pierres, cela signifie généralement que le grain a été fait dans un moulin dans lequel une pierre de roulement roue tourne sur une roue en pierre immobile, verticalement ou horizontalement , avec le grain entre les deux. Bon nombre de petites usines exploitant le procédé existent, certaines à manivelle et d'autres électriques. Les pierres du moulin se frottent souvent les unes contre les autres, ce qui aboutit parfois à l'effritement de la farine. La sécurité de cet aspect n'a pas été vérifiée, mais la recherche sur la dentition des squelettes médiévaux indiquent que cette forme de fraisage conduit à une usure excessive sur les dents. Les moulins à rouleaux en acier n'ont pas ce problème.

Le pain , les pâtes , les crackers , de nombreux gâteaux, et bien d'autres aliments sont fabriqués en utilisant de la farine. La farine de blé est aussi utilisée pour faire un roux. La farine de blé blanche est la base de la pâte de papier peint . C'est également à la base de certaines fabrications de papier-mâché.

La poussière de farine en suspension dans l'air est explosive, étant donné que c'est un mélange d'une fine poudre inflammable avec de l'air[1] . Dans les usines du Moyen Âge , les bougies, les lampes, et les autres sources de feu étaient interdites. Certaines explosions dévastatrices se sont déjà produites dans les moulins à farine, comme l'explosion de Washburn "A" Mill , à Minneapolis , en 1878[2] . Cet accident avait fait 18 morts.

 

Pain à l'Ail

Ingrédients Farine

  • 500 g de Farine
  • 300 ml d' eau
  • 1 c. à café et demi de sel
  • 3 gousses d' ail
  • 2 sachets de Levure Boulangère Spéciale pains

Je mélange le sel et la farine dans un saladier.
Je fais un puits et verse la levure et l'eau tiède lentement.
Je pétris vigoureusement 6 min avec une cuillère en bois puis avec les mains farinées. Je dois obtenir une pâte homogène et élastique.
En fin de pétrissage, j'incorpore l'ail émincé dans la pâte jusqu'à ce qu'il soit bien réparti.
Je couvre le saladier d'un torchon et laisse reposer la pâte 30 min dans un endroit chaud.
Je farine généreusement le plan de travail et aplatis la pâte pour en faire un carré de 20 cm de côté. Je rabats les 4 pointes du carré au centre, puis les 4 nouvelles pointes.
Je retourne le pâton et l'arrondi pour former une belle boule que je dépose au centre d'une plaque de cuisson légèrement huilée et recouverte d'un saladier.
Je laisse lever pendant 40 min. 15 min avant la fin du temps de levée, j'allume le four à 240°/Th.8.
La pâte ayant levée, je fais sur le dessus plusieurs entailles avec un couteau à fines dents et saupoudre d'un peu de farine.
Je pose un ramequin d'eau sur la plaque et je fais cuire à 220°C à mi-hauteur du four pendant 35 min jusqu'à ce que la croûte soit bien dorée.
    

**************************

 LES ENDIVES

     Avec 15 calories pour 100 grammes, il est difficile de faire plus léger que l'endive. Digeste, elle se compose quasiment exclusivement d'eau (95 %), et contient une quantité non négligeable de potassium, excellent pour la régulation de la pression artérielle. Outre un apport en vitamines variées (C, B1, B2, PP), l'endive fournit également l'organisme en oligo-éléments antioxydants. Enfin, les fibres de ses feuilles favorisent le transit intestinal, surtout si le légume est mangé cuit.

     Généralement consommée en hiver, l'endive se déguste pourtant de mai à octobre. Cette longue période couvre donc trois saisons différentes et offre ainsi une multitude de possibilités gustatives et de mariages de saveurs.

     Fragile de nature, l'endive doit être traitée avec délicatesse jusqu'à son arrivée dans l'assiette du consommateur. Son aspect doit être irréprochable : les feuilles bien serrées doivent être bien blanches avec des pointes jaunes, et il faut que la texture du légume reste ferme et croquante. Une endive pas fraîche est facilement reconnaissable aux tâches pourpres qui apparaissent sur ses feuilles.

     Outre son goût amer subtil qui lui donne tout son caractère, le principal avantage de l'endive réside dans sa facilité de préparation, et son coût modique. Après avoir effeuillé l'endive, passez ses feuilles sous l'eau froide, puis essorez-les avec du papier absorbant par exemple. Il n'est toutefois pas indispensable de rincer l'endive systématiquement, il suffit souvent de retirer les premières feuilles abîmées pour ne garder que les plus blanches.

     L'endive se consomme aussi bien crue que cuite. Crue, elle se sert nature avec de la vinaigrette, aussi bien qu'en salade composée où son croquant se marie parfaitement à des noix, du fromage, des pommes, du magret fumé, ou du jambon. L'idéal consiste à relever son goût discret, sans pour autant le masquer derrière une accumulation de saveurs trop chargées. C'est un équilibre à trouver.

     Mais l'endive s'apprécie au moins aussi bien cuite. Et si en salade, c'est pour son croquant qu'on se pâme, c'est en revanche pour sa texture fondante que l'on craque une fois l'endive cuisinée. Braisée, rissolée, gratinée, en purée, à la vapeur, mais jamais bouillie (ses feuilles se gorgeraient d'eau), l'endive accompagne généralement les viandes, mais se met de plus en plus aux produits de la mer (Saint-Jacques, moules, turbot). Nature ou nappée de sauce béchamel, l'endive peut servir de plat principal, notamment enroulée dans une tranche de jambon blanc, pour obtenir les célèbres endives au jambon. Pour les plus pressés, elle cuit très bien au micro-ondes, 2 minutes puissance maximale.

     Pour une entrée ou même un repas complet, une endive crue par personne suffit, alors qu'il faudra en compter une et demi si vous décidez de les cuire.

     C'est le hasard qui, vers le milieu du XIXème, a mis au jour l'endive. Après avoir abandonné ses plants de chicorée sauvage dans une cave, un paysan belge fût tout surpris de voir que ceux-ci avaient poursuivi leur croissance pour donner un légume inédit et étrange. Séduit par le goût subtil et inédit de celui-ci, il décida rapidement de le commercialiser.

     L'endive telle qu'on la connaît aujourd'hui est l'œuvre du botaniste Brézier, du jardin de Bruxelles, qui en perfectionna notamment le mode de culture. En France, les premières endives apparurent aux Halles de Paris à l'automne 1879, pour ne plus jamais quitter les étals du pays.

     Souvent dénigrée par les enfants, l'endive doit son impopularité auprès des plus jeunes à son amertume, quelques fois trop prononcée. Sachez que ce n'est pas une fatalité. En effet, celle-ci provient essentiellement du petit cône situé à la base du légume. Une fois ce cône coupé (sur 2 à 3 cm de hauteur environ), elle devrait s'estomper de façon significative. Si toutefois l'âcreté devait persister, un filet de jus de citron et une pincée de sucre lors de la cuisson suffiront à adapter l'endive aux palais les plus délicats.

     L'endive se conserve comme elle se cultive, à l'abri de la lumière pour ne pas qu'elle verdisse (photosynthèse oblige). Entreposée au réfrigérateur dans le bac à légumes, elle repousse son vieillissement pendant 6 jours.

 

TARTE AUX ENDIVES

Pour 6 personne(s) :

- 4 endives
- 3 cl d'huile d'olive
- 1 pâte à tarte
- 1/4 de camembert
- 2 oeufs
- 120g de crème fraîche
- Sel, poivre
     Faire revenir dans l'huile d'olive les endives coupées en rondelles, en garnir une pâte à tarte (feuilletée ou brisée).

     Ajouter des morceaux de camenbert sur le légume puis 2 oeufs battus en omelette avec un peu de crème fraiche (120grs), du sel, du poivre.

     Mettre au four (th 7) et c'est prêt.

**********************

LA DINDE

      La Dinde de Noël est un plat pour le réveillon de Noël. Constitué d'une Dinde farcie, c'est le plat par excellence dans de nombreux pays au monde à cette occasion. Cependant, en Allemagne, on préfère l'oie pour cette occasion.

     Il a toujours été de tradition de festoyer à Noël avec un plat à base de volaille, essentiellement des oies, car il représentait l'oiseau solaire et garantissait la protection du soleil à celui qui en mangeait. C'est lorsque la dinde fut ramenée d'Amérique par les colons espagnols et que son intérêt gastronomique fut reconnu en europe qu'elle s'y imposa. D'ailleurs, le nom de dinde vient du fait que les premières dindes trouvées et ramenées en europe ont été baptisées "poules d'Indes) par les Espagnols croyant revenir de l'Inde.

  

Dinde farcie de Noël

Ingrédients :

  • 1 dinde de 3,5 kg
  • 40 g de graisse d'oie
  • Au moins 8 tranches de bacon
  • Pour la farce :
  • Le foie de la dinde
  • 1 baguette de pain
  • 500 g de chair à saucisse
  • 1 oeuf
  • 30 g de beurre
  • 1 bouquet garni
  • 100 g de raisins secs
  • 1 verre de Porto
  • Pour la garniture :
  • 24 tranches de bacon
  • 24 pruneaux (3 par personne)
  • 24 dattes (3 par personne)

 

Préparation de la farce :

Dans un bol, faites tremper les raisins secs dans le Porto.
Dans une casserole, faites fondre le beurre et faites dorer le foie de dinde.
Retirez le foie de la casserole et réservez.
Dans cette même casserole, saisissez la chair à saucisse puis ôtez la casserole du feu.
Dans une jatte, mélangez la chair à saucisse et le foie.
Laissez refroidir ce mélange.
Emiettez la baguette de pain.
Egouttez les raisins secs et conservez le Porto dans lequel ils ont macéré.
Ajoutez-les au mélange refroidi avec le bouquet garni, du sel et du poivre.
Mélangez bien.
Ajoutez l'oeuf et mélangez à nouveau.


Début du cuisson de la dinde :

Préchauffez votre four à 200°.
Farcissez la dinde avec la farce.
Cousez la peau de la dinde.
Bardez la dinde de bacon puis attachez-la.
Placez la dinde dans un
plat préalablement beurré et nappez-la de graisse d'oie.
Salez, poivrez.
Enfournez et arrosez régulièrement la Dinde de son jus pendant 1h30.
Si nécessaire, ajoutez au jus un peu d'eau très chaude.

 
Préparation des pruneaux et dattes :

Ouvrez les dattes et les pruneaux en deux et ôtez-en le noyau.
Enroulez chaque datte et chaque pruneau dans une tranche de bacon que vous aurez découpée aux bonnes dimensions. (Environ une demi-tranche par datte et pruneau).
 

 Fin de la cuisson de la dinde :cuire à feu moyen pendant 2 minutes environ.

 

 

Au terme d'1h30 de cuisson de la dinde, sortez le plat du four.
Otez le bacon puis enfournez à nouveau la dinde de sorte qu'elle dore de façon uniforme, y compris à l'emplacement du bacon.
Continuez à l'arroser fréquemment pendant 30 min.
Placez les dattes et pruneaux autour de la dinde dans le plat.
Enfournez à nouveau en baissant la température à 170°.
Continuez à arroser pendant 25 min.
Sortez la dinde du four.


Préparation de la sauce :

Dans une casserole, récupérez le jus de cuisson de la dinde pour le mélanger au Porto que vous avez conservé.
Laissez l'ensemble


Présentation :

Présentez la dinde dans un plat en l'entourant des dattes et pruneaux.
Proposez la sauce à part.
Accompagnez d'une purée de pommes et d'une purée de marrons.

 *****************

LA CITROUILLE

      La citrouille est une plante annuelle appartenant au genre Cucurbita et à la famille des Cucurbitaceae. C'est aussi le nom de son fruit volumineux, de couleur jaune orangé.

     Dans le langage courant, le terme de citrouille est plus ou moins synonyme de potiron. Ce sont donc tous deux des courges.

     La citrouille est de forme "ronde" et de couleur orange. Son pédoncule est dur et fibreux, avec 5 côtés anguleux, sans renflements à son point d'attache. Sa chair est filandreuse. C'est elle qu'on utilise à Halloween. Le potiron est plus ou moins aplati, sa couleur va d'un orange rougeâtre au vert foncé. Son pédoncule est tendre et spongieux, cylindrique et évasé près du fruit. La chair du potiron est plus sucrée, savoureuse et moins filandreuse que celle de la citrouille. Une citrouille peut atteindre le poids de 615,8 kg.

     Selon une récente étude chinoise, l’ingestion d’extraits de citrouille pourrait permettre aux diabétiques de type I de ne plus avoir à s’injecter de l’insuline chaque jour. Selon d'autres études, les graines de citrouilles vertes, ont d'excellentes propriétés diurétiques et sont d'une bonne aide aux personnes souffrant de problèmes reliés à la prostate ou à miction difficile.

    

Gratin de Citrouille :

Pour 6 personne(s) :

- 2 oignons moyens
- 125 g de poitrine fumés en petits dés
- 1 kg de citrouille en petits cubes
- 100 g de riz
- 1 oeuf
- 1 brique de crème fraîche
- 100 g de gruyère rapé
- Curry
- Sel et poivre
    

Faire revenir les oignons émincés, puis les lardons et ajouter les cubes de citrouille avec un peu d'eau.
Saler poivrer et faire cuire 5 minuntes.
Ajouter le riz et remettre à mijoter environ 40 minutes ( le riz aura absorbé le liquide).
Laisser tiédir.
Mettre dans un plat à gratin avec l'oeuf, la crème fraîche, une pincée de curry, du gruyère rapé.
Bien mélanger le tout et recouvrir avec le reste de gruyère rapé.
Mettre à four thermostat 5/6 pendant 30 minutes environ.
Vous pouvez le servir avec quelque rondelles de tomates et de la salade.

    

*******************************

 

LE BOULGOUR

      Le Boulgour, nom d'origine turque bulgur, est un sous-produit du blé dur débarrassé du son qui l'enveloppe, germé environ 2 à 3 semaines, précuit à la vapeur, séché et, enfin concassé.

     On met du blé dans un vaste récipient, puis on y ajoute de l'eau. On place le tout au feu jusqu'à ce que les grains soient cuits. Ensuite, on les sèche, souvent en les plaçant sur un toit de maison. Après une semaine ou deux, on ramasse les grains du blé puis on les mout. On obtient deux types de boulgou : fin et grossier.

     On le cuisine en le cuisant et ou en le réhydratant. Le boulgour se cuit comme le riz, dans trois fois son volume d'eau jusqu'à évaporation complète. Il est très utilisé dans la cuisine des pays du Moyen-Orient, notamment au Liban. Il existe aussi un plat tunisien appelé Borghol, qui se présente sous forme de soupe rouge, le boulgour est mélangé avec des poids chiche, de l'harissa et de l'ail le tout assaisonné d'épices.

     Le boulgour a les mêmes valeurs alimentaires que les pâtes ou la semoule. Riche en fer, phosphore, magnésium et vitamines, son intérêt principal réside dans sa richesse en glucides lents.

    

Boulgour à l'Indienne :

Préparation : 15 mn
Cuisson : 12 mn

Ingrédients (pour 4 personnes) : 
          - 250 g de boulgour
          - 2 oignons
          - une poignée de raisins secs
          - une poignée de noix de cajou
          - 2 ou 3 cuillères à soupe de curry en poudre
Boulgour
Préparation :

Faire revenir les oignons dans de l’huile d’olive. Ajouter les raisins secs, les noix de cajou et le curry. Saler.
Ajouter un petit peu d’eau.
Faire revenir quelques minutes.

Faire chauffer un volume d’eau égal au volume du boulgour. Ajouter 2 bouillons cube.
Jeter le boulgour dans l’eau bouillante et faire cuire à petits bouillons pendant 7 mn.

Retirer du feu, ajouter la préparation et laisser gonfler 5 mn (le boulgour doit absorber l’eau restante).

 

***********************
  

REPAS A THEME

De Septembre 2009 à Août 2010, tous les mois un repas à thème est organisé : L'Abécédaire gourmand

  • Septembre  : A - Amande
  • Octobre : B - Boulgour
  • Novembre : C - Citrouille
  • Décembre : D - Dinde
  • Janvier : E - Endives
  • Février : F - Farine
  • Mars : G - Gelées de fruits
  • Avril : H - Haricots
  • Mai : I - Infusions
  • Juin : J - Jus de fruits
  • Juillet & Août : K - Kari

 


     
L'AMANDE

 

     De forme ovoïde, recouverte d'une peau veloutée au toucher, verte et duveteuse, l'amande est un fruit à coque ressemblant à une petite pêche verte, dont la chair reste mince, dure et sèche et ne devient jamais juteuse. Elle renferme un noyau jaune crevassé et ligneux, à coque épaisse qui renferme une ou deux graines, également appelées "amandes".

     L'amande est une graine oléagineuse à la chair pâle, croquante, douce ou amère. Oblongue et aplatie, pointue à l'extrémité portant le germe, elle est couverte d'une peau brune légèrement velue. Quand cette peau est retirée doucement, l'amande est dite mondée.

     Originaire d'Asie centrale, connue des Romains sous le nom de "noix grecque", elle fut très utilisée au Moyen Âge, pour préparer aussi bien des potages que des entremets sucrés.

     Les premières amandes douces fraîches de la saison se dégustent en dessert, comme les amandes vertes. Séchée, la graine se consomme telle quelle et entre dans la préparation de nombreux gâteaux, biscuits, bonbons et confiseries ; elle accompagne le poisson (truite), la vi

 
Copyright © 2008 Fondation de Grammont - Tous droits réservés Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net       Plan du site